Deuxième journée suisse des ascenseurs

Deuxième journée suisse des ascenseurs
Le bâtiment SVTI à Wallisellen près de Zurich, Suisse

Gathering fournit une interconnexion compacte d'expertise et de contacts.

Après le premier événement en 2021, environ 80 participants se sont réunis le 6 juin à l'Académie suisse du Centre de sécurité de l'Association suisse pour les inspections techniques (Schweizerischer Verein für technische Inspektionen [SVTI]) à Wallisellen près de Zurich, en Suisse, pour la deuxième Journée suisse des ascenseurs sous la devise « Tendances, innovations, choses à savoir ». Les beaux locaux neufs et lumineux avec de bonnes installations pour les événements étaient faciles d'accès. Le lieu est situé directement derrière la gare de Wallisellen, à seulement quelques arrêts de l'aéroport et de la gare principale de Zurich. Le public était principalement composé de représentants d'entreprises d'installation et de bureaux de planification ou d'exploitants d'ascenseurs et de systèmes de transport de passagers.

Au cours de six présentations - dont certaines ont fait l'objet de discussions intensives - en une seule journée, des informations compactes ont été fournies sur des sujets d'actualité de l'industrie des ascenseurs avec des faits saillants suisses. Souvent à l'extérieur par beau temps d'été, de nombreuses longues pauses et l'« Aperó » par la suite offraient amplement l'occasion d'échanger des points de vue sur les développements actuels et de recueillir de nouvelles idées pour ses propres activités. La plupart des participants parlaient entre eux le suisse/allemand, mais compte tenu des deux côtés (suisse et allemand), aucun contenu n'a été perdu dans la traduction.

Deuxième journée suisse des ascenseurs
Participants entrant dans la salle de conférence
Deuxième journée suisse des ascenseurs
Exposition ALGI

Mots de bienvenue et de clôture, et le marché suisse des ascenseurs, Thomas Zimmer, SVTI

Thomas Zimmer, chef de l'Inspection fédérale des ascenseurs basé au SVTI, a souhaité la bienvenue aux participants et clôturé la conférence. En tant que président de la conférence, il a également dirigé le programme de présentations qu'il avait organisé. Au début de la conférence, Zimmer a également présenté des chiffres clés sur le marché suisse des ascenseurs :

Quarante installateurs ont contribué à ces rapports, dont sept qui installent plus de 100 ascenseurs par an, ce qui, au total, correspond à environ 7,600 95 ascenseurs, soit environ XNUMX % de tous les rapports. Les chiffres par canton se trouvent sur svti.ch. Aucun chiffre n'existe pour les modernisations, car celles-ci ne sont pas obligatoires à déclarer en Suisse.

Groupe SVTI, Raffael Schubiger, SVTI

Raffael Schubiger, directeur de SVTI, a présenté un rapport sur l'association et ses services. SVTI se considère comme le centre de compétence suisse pour la sécurité technique et la gestion des risques. En 2022, elle s'est classée neuvième au Swiss Employer Award. Quatre-vingt-dix employés génèrent un chiffre d'affaires de CHF19 millions (US$21 millions). L'association de droit privé, indépendante et à but non lucratif, qui compte environ 8,000 1869 membres, a été fondée en XNUMX sous le nom d'Association suisse des propriétaires de chaudières à vapeur (Schweizerischer Verein von Dampfkessel-Besitzern [SVDB]) sur une base volontaire en tant qu'organisation d'entraide. Aujourd'hui, il accomplit des tâches officielles et privées pour le compte de la Confédération et des cantons.

Le but du SVTI est de prévenir les accidents, les pannes et les dommages, ainsi que d'éliminer les risques dans la fabrication et l'exploitation des systèmes techniques de toutes sortes. Ses principales activités sont la sécurité des équipements et systèmes sous pression fixes, la surveillance des systèmes et équipements techniques tels que les canalisations et les canalisations, les installations dans les centrales électriques et les récipients sous pression et la surveillance du marché des ascenseurs et des équipements sous pression.

"Numérisation dans la construction d'ascenseurs - Le technicien de service deviendra-t-il obsolète ?" Tim Ebeling, Henning

Ebeling a abordé quatre questions clés dans sa présentation :

  1. Directives et normes sur la numérisation. La norme ISO 8102-20 « Exigences électriques pour les ascenseurs, escaliers mécaniques et trottoirs roulants — cybersécurité » a un impact sur presque tous les composants électroniques. Le code décrit les exigences pour les nouvelles certifications. La mise en œuvre commence avant même le développement d'un composant. L'harmonisation européenne est en cours. Singapour a des kilomètres d'avance sur l'Allemagne et la Suisse, principalement en raison d'une pénurie encore plus grave de personnel. Jusqu'à présent, les ascenseurs devaient être entretenus une fois par mois. Le code de pratique de la Building & Construction Authority de Singapour, "Remote Monitoring & Diagnostics (RM&D) for Lifts", vient d'être publié. Si un système de surveillance est certifié selon ce code, la fréquence d'entretien peut être prolongée. Cela signifie que personne n'est mis au chômage ; il garantit simplement que tous les services nécessaires peuvent être effectués. "La loi européenne sur les données est une folie", a observé Ebeling. Il a évalué « The Path to the Digital Decade » de la Commission européenne. "Demain, l'utilisateur pourrait demander qu'un service de réparation, qui peut être moins cher, ait également accès aux données" gratuitement. Bien que cela s'applique à toutes les industries, cela va à l'encontre des aspirations de la construction d'ascenseurs.
  2. Communication numérique (système). Les solutions numériques domineront la communication entre les parties prenantes. Différents acteurs du marché proposeront des services diversifiés. Une nouvelle fonctionnalité est la gestion des ascenseurs via un fournisseur/courtier qui surveille les entreprises de services avec des solutions numériques et rend compte aux opérateurs/gestionnaires.
  3. Effets de la numérisation. Surtout dans la maintenance/service, de nouveaux acteurs vont émerger, comme des entreprises spécialisées dans l'Internet des Objets (IoT) d'autres industries dont l'appétit a été éveillé. Par exemple, la boîte Aufzugshelden (héros de l'ascenseur) de Digital Spine promet d'augmenter la disponibilité des ascenseurs et de réduire les coûts.
  4. Entretien numérique. Les stratégies de maintenance actuelles sont basées sur le temps, par exemple mensuellement, ou sur l'utilisation, par exemple tous les 20,000 XNUMX trajets. Le technicien vient trop souvent faire trop de travail pour maintenir l'état référencé et éviter le seuil de défaillance.

Maintenance préventive : les solutions IoT sont utilisées, par exemple, pour les compteurs journaliers ou l'accès à distance. L'apprentissage automatique et les évaluations du Big Data permettent de nouvelles perspectives. La maintenance conditionnelle est basée sur l'usure (prédictive) et permet une amélioration continue du système (proactive). On approche du seuil d'échec sans plus d'échecs, mais avec moins de personnes et moins de déploiements. Une telle solution est fournie par le système de surveillance d'état WEARwatcher de Henning, qui fonctionne avec tous les systèmes et est actuellement déployé avec 10,000 XNUMX actifs à Singapour. Ebeling a terminé sa présentation en exprimant l'espoir qu'à l'avenir, chacun cherchera une solution commune. L'Institut européen des normes de télécommunications travaille déjà dans ce sens.

«Le BIM aux chemins de fer fédéraux suisses», Adrian Wildenauer, Schweizer Bundesbahnen SBB

Wildenauer a d'abord mentionné les chiffres clés des CFF (Chemins de fer fédéraux suisses): 

  • 93.6% des trains sont à l'heure.
  • Il y a 11,338 806 trains par jour. Ils appellent à 806 stations (XNUMX arrêts).
  • 1.16 million de passagers et 180,000 XNUMX tonneaux nets de marchandises sont transportés par jour.
  • Cela nécessite huit centrales hydroélectriques, 2,500 12 bâtiments, 4,927 installations de maintenance, 36,282 3,265 ponts, 310 2.2 signaux, 2.45 XNUMX km de voies et XNUMX tunnels, qui sont planifiés, construits et exploités pour un coût d'environ XNUMX milliards de francs suisses (XNUMX milliards de dollars américains) par an.

Les solutions numériques domineront la communication entre les parties prenantes.

La mission qui a conduit à l'utilisation du Building Information Modeling (BIM) visait à rendre le chemin de fer plus connecté, puissant, efficace, rentable et convivial. Comme première étape sur la voie du BIM, une analyse des processus métiers et informatiques a été réalisée. Atteindre l'objectif n'est possible qu'avec des opérations stables basées sur des données résilientes tout au long du cycle de vie de tous les bâtiments et installations. La feuille de route qui en a résulté a donné le feu vert pour l'immobilier en 2021 et pour les infrastructures, y compris les installations de support, telles que l'énergie et les télécoms, en 2025. Cette évolution est suivie par le contrôle de gestion.

Pour déterminer les chaînes de valeur, une analyse des processus a également été préparée. Cela a révélé un énorme besoin d'information. Par exemple, 2,000 2 projets de construction par an entraînent environ 10 millions d'interactions de tous les participants par semaine, ce qui se traduit par environ XNUMX millions de livrables par an sous forme de calculs, fichiers, protocoles, etc. De plus, les interactions croissent de façon exponentielle. 

Deuxième journée suisse des ascenseurs
Voir dans le public

On s'est vite rendu compte que l'introduction de nouvelles méthodes comme le BIM dans les organisations existantes ne fonctionnait pas. C'est pourquoi les CFF discutent depuis cinq ans avec tous les établissements d'enseignement pour faciliter le changement pour les gens.

Le cas d'utilisation métier a ensuite été créé à partir de la combinaison des quatre composants capacité + processus + données + technologie. Wildenauer a résumé l'état actuel en quatre blocs thématiques : 

  1. Communication et coordination basées sur des modèles – un peu moins de 100 %
  2. Gestion de la qualité et approbations basées sur des modèles et des plateformes - environ 80 %
  3. Planification de la phase de construction basée sur un modèle - environ 50 %
  4. Détermination et suivi des coûts basés sur un modèle - environ 20 %

La mise en œuvre du BIM dans l'infrastructure des CFF se fera ensuite en cinq étapes de mi-2024 à 2033. Au final, tous les projets qui ont fait l'objet d'un appel d'offres avec le BIM seront également réalisés avec le BIM. 

En conclusion, Wildenauer a formulé son souhait que, dans un changement aussi complet, chacun se concentre, entre autres, sur un contenu commun, fiable et pertinent ; points communs entre les bâtiments et leur infrastructure ; une technologie simple et centrée sur l'utilisateur ; et les compétences des employés. Son appel : "Faites simplement du BIM, mais avec une autre culture de l'échec !"

"Sécurité fonctionnelle/sécurité électronique pour les ascenseurs", Rudolf Ramseier et Hermann Gehrig, Cobianchi Liftteile, avec Stephan Rohr, ELGO Batscale 

Ramseier a commencé par présenter l'histoire de Cobianchi, y compris ses deux tours d'essai pour les essais de chute libre. L'objectif de la coopération avec ELGO est de réaliser autant d'interfaces que possible entre les capteurs/actionneurs et les performances. Il a décrit le résultat du développement conjoint comme une "image électronique d'un limiteur de vitesse", où la déviation d'un signal conduit à un signal où quelque chose se passe. Il s'attend à ce que 5% des travaux restants soient achevés dans les cinq prochaines semaines. Il y a encore des discussions sur la question de savoir si un ou trois certificats sont nécessaires pour introduire cette technologie sur le marché.

Rohr a commencé par présenter l'histoire d'ELGO Batscale au Liechtenstein, en Suisse et en Allemagne avec deux sites de R&D à Berlin et à Dortmund, tous deux en Allemagne. Les outils proposés par ELGO comprennent un configurateur et un hub client.

Cela a été suivi d'un aperçu des produits de la série Limax. Rohr a tenu à souligner que les nouvelles versions 2CP, 3CP et 2RED répondent à SIL3 avec un capteur de 900 g, 18 composants IP 54/55 et aucun câble sur l'appareil. Les circuits imprimés revêtus ajoutent à la durabilité de 20 ans. Les étendues fonctionnelles varient et incluent généralement les circuits de sécurité, les contacts de porte, l'eSGC et les fonctions dynamiques. Il a également présenté le SGA, l'unité de déclenchement pour parachutes mécaniques avec une force de traction au déclenchement de 400 N et une force de rappel > 400 N, qui est associée à Limax. Le boîtier est monté, par exemple, sous la cabine.

L'apprentissage automatique et les évaluations du Big Data permettent de nouvelles perspectives.

Gehrig de Cobianchi, en tant que troisième orateur sur ce sujet, a traité :

  • Exigences pour les parachutes à déclenchement électrique : entre autres, ils doivent être universellement applicables, avoir un temps de réaction court, se réinitialiser sans mouvement de la cabine, avoir un double effet en ce qui concerne l'UCM (mouvement involontaire de la cabine), disposer d'un certificat d'examen de type UE , ont de faibles besoins en énergie, ont peu d'interfaces et sont faciles à installer.
  • Deux solutions de conception pour le parachute respectif de l'unité de déverrouillage
  • Examens de type UE pour les capteurs et pour les parachutes et supérieurs pour les parachutes à déclenchement électrique : il n'est pas facile d'obtenir un examen car la directive européenne sur les ascenseurs (LD) ne mentionne pas les tests globaux du système - uniquement le déclenchement et le freinage. Des interfaces ouvertes, mais clairement définies, demeurent. De plus, le LD ne définit pas clairement le parachute à déclenchement électrique comme un composant de sécurité, donc même ici, malgré les tests, l'admissibilité est généralement mise en doute dans les discussions. Bien qu'une tentative ait été faite pour simplifier précisément cela, les normes doivent encore être révisées en conséquence. Le produit ira sur le marché comme ça de toute façon. Reste à savoir comment le marché l'accueille.
  • Structure et fonction des composants principaux avec trois positions de fonctionnement (home position pour le fonctionnement normal, position de veille pour le mode d'économie d'énergie et position finale pour le freinage) et trois modes de fonctionnement (réinitialisation, mode d'économie d'énergie auto-surveillé).
  • Avantages : Les composants mécaniques et l'interrupteur de surveillance électrique sont supprimés. L'assemblage se traduit par un gain de temps et moins d'erreurs. Le service est plus facile. Il existe des possibilités de diagnostic, par exemple via des fichiers journaux.

Après sa présentation, Gehrig a également répondu aux questions des participants concernant son exposition directement devant la salle de conférence.

La prochaine journée des ascenseurs suisses
Le prochain Swiss Elevator Day aura lieu le 20 mai 2025, toujours à Wallisellen.

Deuxième journée suisse des ascenseurs
Exposition Cobianchi
Deuxième journée suisse des ascenseurs
Discussions bilatérales au soleil à l'heure du déjeuner

"EN Elevator Standards and VSA Guide for Modernization (Development of EN ISO 8100-1/-2)", René Hermann, Association des entreprises suisses d'ascenseurs (Verband Schweizerischer Aufzugsunternehmen [VSA])

Hermann est l'organisateur du WG1 CEN TC 10 depuis 2020 et est membre de l'Organisation internationale de normalisation (ISO) TC 178. Lors d'un panel, il a présenté l'état actuel de la famille EN 81. Les parties EN 81-20/-50 seront remplacées par EN ISO 8100-1/-2. Cela permettra notamment de créer les mêmes normes de sécurité dans toute l'Europe et dans le monde, d'éviter la duplication des travaux sur les normes et de répartir le travail entre le CEN et l'ISO. Cette procédure a déjà été convenue dans l'accord de Vienne en 1991. Au cours de celle-ci, la norme EN 81-20/-50 est adaptée à l'état de la technique et les préoccupations juridiques de la Commission européenne sont prises en compte.

Dans ce qui suit, Hermann énumère par extraits ce qui est susceptible de changer pendant la transition :

  • Structure et contenu selon les règles CEN/ISO
  • Nouvelles suspensions
  • Ascenseurs à poulie de traction avec une surface efficace accrue
  • Exigences pour les freins de machine 
  • Accès sécurisé à la fosse du puits
  • Rétracter les mains dans les portes
  • Circuits de sécurité classés SIL (Safety Integrity Level) remplaçant PESSRAL (Système électronique programmable dans les applications liées à la sécurité pour les ascenseurs)
  • Systèmes de sauvetage automatiques
  • Plates-formes de service dans la fosse du puits
  • Portes verticales
  • Structure de la norme
  • Quelques titres de parties individuelles de la norme

Le calendrier comprend les chiffres clés suivants : Des ébauches de travail (WD) sont disponibles. Les traductions sont en cours. Au deuxième trimestre 2, il attend l'enquête et, au deuxième trimestre 2023, le vote final, pour que, au premier trimestre 2, les deux parties soient prêtes.

Parallèlement, 14 parties des normes de la série 81 doivent encore être harmonisées. Le nouveau règlement européen sur les machines doit également être pris en compte. Hermann demande de manière critique s'il existe une expertise suffisante pour toutes ces tâches, quelles normes sont absolument nécessaires pour l'industrie et lesquelles doivent être harmonisées.

« Ascenseurs hydrauliques de 320 kg (705 lb) à 12,000 25.500 kg (XNUMX XNUMX lb) : calcul de la charge utile, planification et visualisation au moyen d'un configurateur en ligne », Harald Giehl, ALGI Alfred Giehl

Giehl a commencé sa présentation par un historique de l'entreprise. À l'aide de captures d'écran, il a présenté le configurateur ALGI sur algionline.com, qui a été lancé il y a six mois. La mise en page prend environ 30 min. De nombreux visiteurs en ont profité pour demander des détails sur le configurateur lors du roll-up devant l'amphithéâtre.

Entre autres choses, les composants d'entraînement peuvent être pris en compte, subdivisés en composants hydrauliques individuels, kits respectifs ou ascenseurs complets. L'étape suivante consiste à concevoir le poussoir et l'unité d'alimentation. Pendant quatre semaines, le nouveau Smart Pack (entraînement hydraulique d'ALGI avec commande NEW LIFT), dans lequel tous les câbles de capteur sont de conception enfichable, a également été intégré.

La mise en œuvre du BIM dans l'infrastructure des CFF se fera en cinq étapes de mi-2024 à 2033.

Dans le kit ou chemin d'ascenseur complet, l'accent est d'abord mis sur la cabine avec ses données et ses dimensions. La charge utile, la vitesse et la disposition des portes sont également prises en compte. Après d'autres étapes, l'ordinateur fournit un aperçu et offre la possibilité de demander immédiatement une offre. Gratuitement et indépendamment de la commande, un plan de gaine est toujours envoyé au client potentiel, ainsi que la cabine avec parois, sol et plafond.

Deuxième journée suisse des ascenseurs
Encore des échanges lors de l'« Apéro » de fin de conférence

"Alorsew European Machinery Regulation », Franziska Slongo, Secrétariat d'État suisse à l'économie (Staatssekretariat für Wirtschaft [SECO])

La révision de la directive européenne sur les machines 2006/32 (MD) est devenue nécessaire pour couvrir les nouveaux risques liés aux nouvelles technologies telles que l'IA et la cybersécurité. En même temps, il vise à améliorer la sécurité des machines conventionnelles. Il est nécessaire de clarifier la formulation « modification significative de la conception » et de l'adapter à l'annexe IV. Elle chevauche d'autres législations de l'UE et doit être réduite. L'alignement sur le nouveau cadre législatif de l'UE (NLF) est nécessaire. Les différentes implémentations du DM dans les États membres de l'UE doivent être synchronisées.

Le 21 avril 2021, la Commission européenne a présenté sa proposition. Après diverses étapes intermédiaires, il devrait être publié en juillet 2023. Le texte est disponible sur europarl.europa.eu/doceo/document/TA-9-2023-0097_EN.html. Le lien pour la traduction allemande est europarl.europa.eu/doceo/document/TA-9-2023-0097_DE.html. La date d'entrée en vigueur est prévue pour janvier 2027. La mise en œuvre en Suisse sera simultanée et équivalente. Il n'y aura pas d'application parallèle du précédent MD et du new Europeun Règlement Machines (MR), qui sera assuré par une longue période de transition de 42 mois.

Ensuiteew Europeun RM contient neuf chapitres et 12 annexes. Selon l'article 2, son champ d'application comprend les machines, les produits associés tels que les composants de sécurité et les câbles/ceintures, ainsi que les quasi-machines. Elle ne s'applique pas aux moyens de transport dans les airs, sur l'eau et sur les réseaux ferroviaires, ni aux produits électriques/électroniques dotés de fonctions WLAN, autres que les imprimantes 3D. L'article 3 définit, entre autres, des termes tels que machine, composant de sécurité, fonction de sécurité et, au paragraphe 16, « modification significative de la conception ». Les nouvelles fonctionnalités incluent l'activation ou la prise en compte des instructions d'utilisation numériques, la cybersécurité et l'IA. La procédure d'évaluation de la conformité change également.

Slongo a conclu que le nouveau MR couvre bon nombre des objectifs mentionnés au début. Il permet "des machines sûres avec ou malgré l'IA!"

Undine Stricker-Berghoff est propriétaire de ProEconomy, un bureau d'ingénierie basé à Luebeck-Travemuende, en Allemagne, à travers lequel elle travaille en tant que coach et consultante pour la gestion et le marketing, principalement dans les services énergétiques et de construction. De 2008 à 2013, elle a été directrice générale de VFA-Interlift eV à Hambourg, en Allemagne. Elle a étudié l'ingénierie mécanique à l'Université de la Ruhr à Bochum, en Allemagne, et, immédiatement après l'obtention de son diplôme, a travaillé comme consultante en énergie pour ERPAG à Lugano, en Suisse, et à Campione, en Italie. Avant de rejoindre VFA-Interlift, Stricker-Berghoff a travaillé pour VDI, l'association des ingénieurs allemands à Düsseldorf, en Allemagne, en tant que secrétaire des services du bâtiment, et était responsable du département VDI-Standards. Elle a également exercé un mandat en tant que directrice générale de la Chambre de commerce et d'industrie de Luebeck. Elle dirige ProEconomy depuis 2005.

Obtenez plus de Elevator World. Inscrivez-vous à notre bulletin électronique gratuit.

S'il vous plaît entrer une adresse email valide.
Quelque chose s'est mal passé. Veuillez vérifier vos entrées et réessayer.

Construit pour éblouir à Oslo

Construit pour éblouir à Oslo

Monter haut

Monter haut

Le kilomètre supplémentaire

Le kilomètre supplémentaire

ExpoElevador Brésil 2023

ExpoElevador Brésil 2023

Une étape multigénérationnelle

Une étape multigénérationnelle

Ascenseur hongrois de l'année

Ascenseur hongrois de l'année

Accessibilité sur la voie rapide

Accessibilité sur la voie rapide

Semaine des ascenseurs russes

Semaine des ascenseurs russes